Crimes, humanité et poésie :

Vous qui fuyez les thrillers angoissants, restez avec nous. Vous pourrez vous faire envoûter par cette grande dame.

C’est ma grande sœur qui a provoqué ma rencontre avec cette auteure. En voulant suivre son exemple j’ai été convertie à l’amour des histoires policières. Les livres de Fred Vargas m’ont alors accompagné tout au long de mon adolescence. Aujourd’hui je voulais absolument vous présenter son univers, comme un hommage. Mais comment dessiner un portrait de ces nombreuses œuvres, désormais incontournables ? Je dirais simplement que ce sont de grandes bulles d’humanité transportant des histoires captivantes. La plume dépeint sans relâche la poésie et la réalité de la vie. Les personnages sont vrais. Les métaphores nous font réfléchir. La touche en plus, c’est l’humour discret qui apparaît dans le maniement des mots, dans les situations cocasses et les relations entre êtres humains.

“- Qu’est-ce qu’il fait votre ami ? demanda Adamsberg. – Son premier métier est d’irriter le monde mais ce n’est pas payé. Il exerce cette activité bénévolement.”

Pars vite et reviens tard, Fred Vargas

Un des ingrédients pour obtenir ce mélange exquis est la richesse des personnages. La simplicité et la complexité se rencontrent en des hommes et des femmes terriblement humains. Dans chaque tome, on reconnaîtrait presque quelqu’un de notre entourage. Les histoires de vies sont souvent difficiles. On pourrait dire que c’est sombre, pessimiste. Moi j’y vois parfois de l’espoir. J’y vois des combats pour continuer à vivre mêmes dans les situations les plus difficiles. Mais en les relisant aujourd’hui, je me dis que mon regard jeune ne voyait peut être pas des éléments un peu “limites”. A la frontière entre le réel et le cliché, certaines paroles des personnages peuvent dépeindre certains stéréotypes, et c’est quelque chose à laquelle je suis assez sensible. Tous les personnages sont toutefois extrêmement intéressants. Grâce à de belles descriptions, on glisse dans leur univers très facilement et on s’attache à eux sans pouvoir le contrôler.

“- Puisque je te tiens, coule en Russie, en deux lettres ? – L’Ob, Marthe, l’Ob, nom de Dieu, soupira Louis. Fais-le tatouer sur ta main et qu’on n’en parle plus”

Un peu plus loin sur la droite, Fred Vargas

Si les personnages sont empreints d’humanité, les dialogues en sont le miroir.  Ils constituent le deuxième ingrédient de la magie. A la fois simples et magnifiques, ils dépeignent souvent des réflexions collectives, des liens forts, des rencontres… On se rend compte que les plus simples constats nous touchent énormément. Dans la bouche des personnages, la plume est souvent familière mais sans jamais être vulgaire. Cela joue dans le réalisme des situations. C’est cru, c’est la vie comme on la voit.

“Le vieux lui rappelait Félix, qui taillait des vignes à huit cent quatre-vingts kilomètres de là. Il avait apprivoisé une couleuvre avec du lait. Un jour, un type a tué sa couleuvre. Alors Félix avait tué le type.”

L’armée furieuse, Fred Vargas

Il y a une vraie intelligence de l’histoire dans la construction du crime. L’enquête est superbement écrite. Indices par indices, on se fait pourtant surprendre à la fin et quel plaisir ! Il est difficile de résoudre l’enquête par nous même, mais si vous avez lu tous les tomes de l’auteur vous pourrez peut être réussir à capter certains mécanismes, c’est la cas de ma sœur aujourd’hui.  On rencontre dans la plupart des tomes des crimes rudes, des actes sordides. Si vous n’êtes pas habitués au romans policiers, il est possible que vous fassiez quelques grimaces, j’avoue que j’en fais aussi. Mais la richesse et la poésie  de l’écriture prend le pas sur le sanglant.  

“Je rentre dans le droit chemin qui, comme tu le sais, n’existe pas et qui par ailleurs n’est pas droit”

Un lieu incertain, Fred Vargas

Vous êtes peut être surpris de me voir parler de Fred Vargas au féminin. Et oui, cette auteure internationalement connue est une femme ! Écrivaine, archéozoologiste et médiéviste, son expertise dans ces domaines enrichissent sa plume. Quel plaisir de glisser sur un socle historique aussi bien construit. Le développement des enquêtes n’en est que plus intéressant! Elle écrit son premier roman en 1980. Les polars ne sont pas son seul univers, elle a aussi écrit des BD et dernièrement un livre engagé sur l’humanité et l’écologie. Je ne pourrai malheureusement pas vous en parler car moi je n’ai lu que ses histoires policières. Sa série la plus connue est celle qui met en scène Jean-Baptiste Adamsberg, qui a fait l’objet de quelques adaptations cinématographiques. Mais la série des évangélistes est génialissime aussi.

“-Mais, dit Maryse, ce ne serait pas mieux qu’on trouve un flic? L’homme la regarda un instant, un peu surpris. Je suis flic, répondit-il. Commissaire principal Jean-Baptiste Adamsberg.”

Pars vite et reviens tard, Fred Vargas

Jean-Baptiste Adamsberg. Un OVNI. Il est l’une des raisons qui me font adorer ces romans. Comment le résumer ? Volatile, flâneur et flegmatique il aime griffonner et faire de longues promenades. Il parle lentement et endort les suspects lors des interrogatoires. On pourrait dire qu’il est à côté de la plaque car ses méthodes d’investigation ne sont pas du tout conventionnelles. Dans les enquêtes, il suit ses sensations comme un sixième sens. C’est ainsi qu’il résout les crimes avec brio. Il voit et ressent les choses là où les autres ne voient que des coïncidences. On est alors frustré que beaucoup ne le prennent pas au sérieux, voir se moquent de lui. On est émerveillé quand il impose le respect en comprenant seul les mécanismes du tueur. On se sent rassuré en sa présence. Pourtant; il n’est absolument pas parfait, partiellement inspirant. De par une certaine indifférence, son rapport à la famille et à l’amour est compliqué. Au fil des tomes qui le concerne, on en suit d’ailleurs l’évolution, mais je ne vous en dit pas plus. Pour le résumer simplement, nous pourrions utiliser ses mots, et comparer ses pensées à des paquets d’algues, qui flottent milieu de l’océan et qui remontent sans qu’il puisse réellement les contrôler.

“Parmi mes hommes , capitaine, il y’a un hypersomniaque qui s’écroule sans crier gare, un zoologue spécialiste des poissons, de rivière surtout, une boulimique qui disparaît pour faire ses provisions, un vieux héron versé dans les contes et légendes, un monstre de savoir collé au vin blanc, et le tout à l’avenant. Ils ne peuvent pas se permettre d’être très formalistes.”

L’armée furieuse, Fred Vargas

Adamsberg au début de la série n’est pas commissaire. Mais depuis le commencement il est accompagné de Danglard. Finalement, on se demande si Adamsberg aurait pu réussir une seule enquête sans lui, il paraît évident que non. Adrien Danglard a un esprit autant organisé que celui d’Adamsberg est flottant. Doté d’une mémoire hors du commun, il est ce qu’on appelle une bibliothèque ambulante. Contrairement au commissaire, il n’a pas de chance avec la gente féminine. Il se noie dans l’alcool face à la dureté de la vie. Sa relation avec Adamsberg évolue au cours du temps: elle est mêlée d’amitié, d’admiration, d’incompréhension et d’énervement. A partir de « Part vite et reviens tard », Adamsberg est commissaire d’une brigade comportant son lot de personnages en or, Violette Retancourt pour ne citer qu’elle. Fort caractère pesant plus de 100 kilos, c’est une déesse, un pilier qu’on aimerait tous avoir chez soi.

“Tout le monde se mit à hocher la tête, on ne sait pas pourquoi. Il y a des moments comme ça où tout le monde hoche la tête”

L’homme aux cercles bleus, Fred Vargas

Pour résumer, je ne peux que vous conseiller les romans policiers de cette auteure à la plume d’ambre. Vous serez immergés dans l’histoire autant pour l’enquête que pour la beauté des dialogues. Bien sûr, je considère que certains tomes sont meilleurs que d’autres. Mes préférés sont « Ceux qui vont mourir te saluent » et « Un peu plus loin sur la droite ». Si la série vous intéresse, je vous conseille fortement de lire les tomes dans l’ordre de sortie. C’est un vrai plaisir de suivre l’évolution des personnages et des relations.

💗

Et vous, connaissiez-vous cette auteure ? Serez-vous prêt à dériver auprès du commissaire Adamsberg dans de sombres situations…?

Teresa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s